Associations : Pourquoi utiliser des logiciels libres ?

En présence d’Alexis Kauffmann, fondateur de framasoft. L’atelier a pour but de présenter les enjeux des logiciels libres pour les associations.

Présentation de Framasoft (La route est longue mais la voie est libre…) 

Framasoft est, avant tout, un réseau d’utilisateurs de Logiciels Libres. Il a été créé en 2003.

Son objectif est de promouvoir et diffuser le « Libre », en général et le logiciel libre en particulier, dans une démarche d’éducation populaire ;

En d’autres termes, l’association accompagne les migrations des outils dits propriétaires propriétaire vers le libre par l’offre de services.

Retrouvez tous les services libres proposés sur le site Internet : www.framasoft.net

Définition et enjeux des logiciels libres

En général, il y a deux façons d’utiliser les logiciels libres :

- soit en partant de besoins pratiques d’outils qui peuvent être gratuits, ou plus accessibles sans forcément faire la différence entre « libres » et « propriétaires ».

- Soit en rentrant par une vision politique, convaincu que les logiciels libres reposent sur le partage avant la compétition, qu’ils participent à une économie de services et non pas une économie de rente.

Les logiciels libres et la culture libre en général se définissent à partir de quatre libertés offertes aux utilisateurs :

1) Liberté d’utilisation sur n’importe quel support : le libre de choix consulter comme on le veut.

2) Liberté d’études : comprendre comment le logiciel a été conçu, découvrir sa recette de fabrication et donc comprendre les intentions des développeurs. Cela s’applique autant aux codes sources1 qui conçoivent un site Internet ou pour la libre connaissance que peut représenter un site comme Wikipédia où pour un article donné, il y a plusieurs contributeurs.

3) Liberté de modification

4) Liberté de distribuer/de diffusion

Une seule obligation : conserver la liberté. Dés qu’il y a modification d’un logiciel sous licence, il faut citer l’auteur, la source et s’assurer du respect des quatre libertés.

Des analogies peuvent être faites dans d’autres domaines tels que le savoir, la cartographie que représentent wikipedia et open street map.

Open Source/Logiciels Libres

L’Open source est souvent confondu avec les logiciels libres. Leur point commun est le fait que le code source- [1] soit ouvert. L’approche les distingue : d’un côté, les logiciels libres se basent sur des valeurs éthiques alors que l’Open source se fonde sur une logique plus économique.

Citons François Elie, président de l’indispensable ADULLACT [2], « Le Logiciel libre est gratuit une fois qu’il a été payé ». En d’autres termes, son développement a un coût lié au temps de travail, à sa distribution (serveurs, bande passante), à sa conception. Une fois, bien avancé, celui-ci continue son amélioration en fonction des besoins de chaque structure ou personne qui souhaite l’utiliser. Libre à chacun de le développer.
Néanmoins, l’un comme l’autre appelle à réfléchir à un modèle économique différent que celui actuel qui favorise des logiciels propriétaires.
Les logiciels libres s’inscrivent dans une logique plus globale, que représentent les Communs (Commons) dans lequel se retrouvent les semences, la gestion de l’eau, les médicaments génériques.

Les problématiques autour de l’usage

Tout d’abord, Framasoft ne se considère pas comme des puristes du libre ; Le libre ne propose pas autant de produits, de fonctionnalités du fait en partie d’un modèle économique non capitalistique. Souvent, les logiciels libres sont moins ergonomiques, avec moins de publicité et réalisé avec beaucoup moins de ressources humaines. Les logiciels libres résultent, avant tout, d’un travail de mutualisation, de coopération. La relation entre utilisateurs et développeurs est essentielle pour l’amélioration des outils en fonction des besoins. 

On utilise souvent le terme GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) pour présenter le fonctionnement du Web actuellement. La « biodiversité » du Web est contrôlée par ces quatre grandes entreprises principalement. Cela rend difficile de proposer d’autres produits, d’autres fonctionnalités. Cette situation pose, également, des problèmes de formats et d’interopérabilité qui ne permet pas de rendre d’autres types de logiciels compatibles.

D’autres projets libres

- Framalangue : de la traduction de l’anglais au français sur les thématiques de libertés numériques, de sociétés. www.framalang.org
- Open Goldberg Variation : Le son et les partition de Bach ont été mises sous domaine public. Open Goldberg Variation est une initiative qui propose une interprétation. C’est un projet qui a été financé par crowfounding (30000 dollars). www.opengoldbergvariations.org
- Open Source Ecology : La mise à disposition de procédés de fabrication de machines industriels à moindre coût et de haute performance http://opensourceecology.org

[1Le code source est un texte qui représente les instructions qui doivent être exécutées par un . Le code source se matérialise souvent sous la forme d’un ensemble de . Le code source est généralement écrit dans un permettant ainsi une meilleure compréhension par des humains. Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_source

[2L’ADULLACT met à la disposition des collectivités un ensemble de logiciels libres métiers répondant à leurs besoins.